jiyu nami dojo
aïkido traditionnel

Contact : jiyu.nami@gmail.com
WhatsApp : 0476 69 75 15

Prochains cours : | Sa 12/06 – 10h30
| Me 16/06 – 18h15
Infos complémentaire
> messagerie du dojo

Les directives sanitaires nous ont momentanément
interdit la pratique à mains nues…

Mais les armes ne sont utilisées que pour parfaire notre aïkido qui se pratique essentiellement à mains nues..

Quand les cours ont-t-ils lieu ?

Les élèves résidents (les uchi deshi) du fondateur Morihei Ueshiba pratiquaient au dojo d’Ô Sensei plusieurs heures chaque jour. Nos conditions de vie actuelles ne le permettent plus guère. Mais il est indispensable, pour apprendre l’aïkido de s’y consacrer avec rigueur et constance. Allez au cours au moins une fois par semaine et y consacrer du temps en dehors des cours organisés. Chacun à son rythme, mais pas en pure perte.

Les cours ont lieu :
> les mercredis de 18h à 20h
> les samedis de 10h30 à 12h00

Où ont lieu les cours ?

Les mercredis, sauf avis contraire, les cours ont lieu, 33 rue Fond Thirion à 1410 Waterloo.

Les samedis, ils ont lieu à Braine l’Alleud, Waterloo ou Rhode Saint-Genèse, dans un parc, une prairie, un jardin, un lieu découvert au gré des vents… Si nous n’avons pas de lieu couvert et que les intempéries sont trop fortes, nous irons assister au cours de mon professeur, Laurent Parrein Sensei, au dojo d’Uccle.

Le lieu sera précisé au jour le jour via le groupe WhatsApp et sur l’agenda du site.

Qui peut venir ?

Les cours sont accessibles à toutes les personnes régulièrement inscrites au dojo. Les personnes qui assistent à leur cours d’essai sont aussi bienvenues, sur invitation du professeur. Le cours d’essai est gratuit. Après celui-ci, si maître et élève ont décidé de se choisir mutuellement, l’élève devra s’inscrire.

>> suivez la procédure d’inscription…

Au jiyu nami dojo, on ne sépare pas les élèves selon leur niveau ou leur age. Car c’est de la différence que naît le potentiel d’apprentissage de l’aïkido. Se confronté à la difficulté de mettre en place les principes de l’aïkido avec un partenaire qui a un corps très différent et un autre niveau de maîtrise, est le meilleurs moyen d’améliorer notre pratique. Par ailleurs, concernant l’age, les enfants sont valorisés dans leur apprentissage lorsqu’ils pratiquent avec des adultes et, les adultes sont obligés d’engager un travail sur leur ego, travail sans lequel l’aïkido reste parfaitement inaccessible. La diversité dans le dojo est donc profitable à tous les élèves et au professeur.

Selon leur maturité, les enfants sont admis à partir de 10 ans.

Comment se déroulent les cours ?

Il est indispensable d’arriver au cours un peu avant l’heure de début. A l’heure du début du cours, tous les élèves sont à leur place dans le dojo, dans une tenue correcte et ils sont près pour la pratique. Le cours commence par un instant de méditation, le salut et une préparation dont l’objectif est de connaître ses limites du moment et de se mettre en condition. Si le professeur est présent, il préside à cette partie du cours, sinon l’élève le plus expérimenté s’en charge à l’heure où le cours doit commencer.

Ensuite, nous passons à la pratique de l’aïkido. Le professeur montre un exercice et les élèves le reproduisent tandis que le professeur assiste et conseille les uns et les autres. Durant le cours, on se concentre et on parle le moins possible. Les échanges concernent uniquement l’apprentissage de l’aïkido. On intègre peu de ce que l’on voit et presque rien de ce qui est dit. Par contre, on retient mieux ce que l’on fait.

Le cours est aussi l’occasion d’apprendre le fonctionnement d’un dojo et le contexte d’apprentissage de l’aïkido. Tout le monde est en apprentissage et tout le monde commet des erreurs. A charge pour chacun et chacune de se corriger avec l’aide bienveillante du professeur et des autres élèves.

La pratique de l’aïkido est essentiellement à mains nues. Mais quand pour mieux comprendre un principe il est utile de prendre une arme, on pratique aux armes. [La période de confinement due à la gestion de l’épidémie de COVID19 nous a obligé à pratiquer exclusivement aux armes pour respecter la distanciation physique, c’est une originalité.]

Prendre soin de son corps en aïkido.
Comme toute activité physique, la pratique martiale est susceptible d’endommager le corps. La culture martiale implique d’être en mesure de remettre le corps en état, de l’entretenir au meilleurs de ses capacités. Prendre soin de son corps et de ses capacités, remettre le corps dans l’état dans lequel il était avant la pratique, le guérir de ses tensions, stress, anxiétés et traumatismes, fait partie intégrante de l’aïkido. C’est pourquoi les cours sont ponctués de kitaï (techniques respiratoires) et comportent parfois des seifuku (pour remettre le corps dans l’état initial) voir même des geste de shiatsu (massages).

Que faire quand le prof n’est pas là ?

Quoi qu’il se passe, le cours commence à l’heure! Si le professeur est absent, il a chargé un élève d’assurer le cours. Sinon, les élèves seront invités à assister au cours de Laurent Parrein Sensei (le prof du prof) au dojo d’Uccle. Il peut arrivé qu’un cours soit annulé en cas de stage. Les élèves sont alors incités à se rendre au stage.

S’il advient que le professeur est absent ou en retard de manière imprévue, l’élève le plus expérimenté s’assure que le cours commence à l’heure. Soit il le donne lui-même, soit il désigne un autre élève pour le faire, en s’assurant que le cours se donne dans les meilleurs conditions pour tout le monde. Il s’agit alors de donner cours à partir de ce que l’on maîtrise bien et de ne pas chercher à faire compliqué. Si on fait la même chose pendant une heure, c’est très bien. L’apprentissage de l’aïkido passe par une inlassable répétition des mêmes gestes.

Quel matériel se procurer ?

L’aïkido se pratique généralement en tenue traditionnelle, c’est-à-dire avec un aïkidogi (vêtement d’aïkido) et un hakama noir (pentalon traditionnel). Il arrive que nous pratiquions en civil ou en tenue décontractée pour des raisons didactiques ou de confort. Les enfants et adolescents ne sont pas tenu de porter le hakama qui coûte assez cher (à partir de 80 €), tant qu’ils n’ont pas fini leur croissance.

Les armes sont indispensables. Il est parfois possible d’en obtenir au dojo (une fois par an, une commande est passée auprès de l’artisan Mickael Pellen). Le jeu d’armes est alors vendu entre 60€ et 80€. Sinon on les trouve manufacturées dans les magasins qui vendent des articles d’art martiaux, de même que les aïkidogi et les hakama. N’hésitez pas à vous informer avant ou après les cours ou via le groupe WhatsApp du dojo.

Kokyu-ho

au dojo d’Alain Peyrache à Bourg-en-Bresse